Nous suivre
Dernières actualités Salon Révélations 2022 Du 9 au 12 juin 2022 Grand Palais Éphémère, Plateau Joffre, Champ de Mars, 75007 Paris Les vies du Viaduc des Arts, quand Paris se réinvente Mars 2022 1-129 avenue Daumesnil Nolwenn de Kergommeaux, une femme maître-verrier, au Viaduc des arts février 2022 5 avenue Daumesnil Inédit : Le Viaduc des arts propose à la location un local de 930 m² Janvier 2022 23 avenue Daumesnil Quand le passé réintègre le présent et rassure sur l’avenir Janvier 2022 1-129 avenue Daumesnil Atelier du temps passé : la restauration-conservation du patrimoine artistique est une aventure contemporaine Décembre 2021 3 avenue Daumesnil Serge Amoruso, l’homme qui fait parler la peau Octobre 2021 37 avenue Daumesnil Paris Design Week 2021 ; Exposition "Before and After : the history of a handcrafted object" Septembre 2021 23 avenue Daumesnil Paris Design Week 2021 ; Paris est une fête Août 2021 1-129 avenue Daumesnil Dan Yeffet, l’explorateur de terres inconnues juillet 2021 119 avenue Daumesnil

Jeremy Maxwell Wintrebert remporte le Prix Liliane Bettencourt 2019 pour l'intelligence de la main

Octobre 2019 97 avenue Daumesnil

Jeremy Maxwell Wintrebert remporte le Prix Liliane Bettencourt 2019 pour l'intelligence de la main

Jeremy Maxwell Wintrebert, au tempérament de feu, est le dernier souffleur de verre à main levée de la Capitale. Il faut dire, que son destin hors du commun le prédestinait à travailler le verre, cette matière aussi merveilleuse que cassante et coupante !

Jeremy Maxwell Wintrebert, Franco-Américain de 39 ans, travaille de manière artisanale, à main levée, aucun moule dans son atelier, ses productions sont donc toutes des pièces uniques. À force de persévérance, Jeremy Maxwell Wintrebert remporte le Prix qu’il convoitait depuis quelques années : Le Prix Liliane Bettencourt 2019, pour l’intelligence de la main. Il doit cette récompense à sa dernière œuvre : Dark Matter. Cette création monumentale est constituée de 15 cives (disques de verre avec un téton au centre) couleur charbon, qu’il associe à la matière noire et aux origines de l’Univers. Pour chacun de ces cercles, Jeremy Maxwell Wintrebert a soufflé une énorme boule puis l’a ouverte tout en la chauffant et en la tournant très vite. Cette réalisation est une prouesse technique ! Purement artistique, non fonctionnelle, elle a soufflé le jury, qui a salué l'artisan pour la maturité de son savoir-faire.

L’histoire entre le verre et Jeremy Maxwell Wintrebert ne date pas d’hier, il raconte : « À 5 ans, je suis tombé sur un tas de verre brisé. J'en ai encore les cicatrices. Après cela, je n'ai eu qu'une obsession : fondre du verre, peut-être pour qu'il soit moins coupant ». À 14 ans, orphelin, il cumule les boulots alimentaires, mais dès qu’il peut, il court à la verrerie la plus proche. Il raconte encore : « Puis, à 21 ans, aux Etats-Unis, lors d'un accident de voiture, j'ai traversé un pare-brise qui m'a presque coupé en deux. » C'est alors qu’il débute son apprentissage auprès des maîtres verriers.

En 2018, il décide d’ouvrir son atelier 97 avenue Daumesnil au sein du Viaduc des arts. Un samedi par mois il travaille devant le public. Jeremy Maxwell Wintrebert aime à voir les gens mais surtout les jeunes s’arrêter, s’intéresser, il forme d’ailleurs un jeune du quartier. Cette ouverture est essentielle car il souhaite transmettre le savoir-faire de ce métier rare comme d’autres l’ont fait auparavant pour lui.


Toutes les actualités / Actualité plus récente / Actualité plus ancienne